Peut-on se fier à la machine de vote électronique?

RDC et Russie

RDC et Russie

Toujours lors d’une réunion informelle tenue le 12 février 2018 au Conseil de sécurité de l’ONU, où le Congo était représenté par son ministre des Affaires étrangères, She Okitundu et le président de la Commission électorale indépendante, Corneille Nangaa, l’ambassadrice américaine Nikki Haley a fait remarquer que la décision de la Commission électorale d’utiliser un système de vote électronique pour la première fois sans jamais l’avoir testé en RDC, pose « un risque énorme » et « peut compromettre sérieusement la crédibilité des élections » ; pour ce faire les Etats-Unis ne sont pas prêts à la soutenir.

Rejetant les critiques américaines, Nangaa a déclaré que sa commission, la CENI, attendait de ses partenaires un soutien plutôt que « des résistances et des actions négatives envers [ses] efforts. »[1]

Au lieu de considérer objectivement les critiques constructives des États-Unis, Nangaa semblait être fâché face à ces critiques. Sa colère pourrait être l’expression d’un échec dans la tentative désespérée du gouvernement congolais de voir les communautés nationale et internationale simplement ignorer ce qui semble être une intention de truquer les élections par le biais de la machine à voter.

La proposition de la CENI d’utiliser des machines électroniques au Congo est surprenante, surtout si l’on considère l’aversion du gouvernement à utiliser les technologies informatiques pour (au moins) améliorer les processus administratifs et fiscaux, combattre la fraude et les crimes organisés. Ces machines à voter sont un mystère pour la majorité des citoyens, car elles n’ont jamais été testées et acceptées comme le meilleur système de vote à utiliser. Nangaa a également fait valoir que si les machines étaient rejetées, les élections seraient retardées de six mois supplémentaires. Cependant, les machines n’ont jamais été mentionnées dans le calendrier qu’il a rendu public l’année dernière.[2]

Il est à noter que la CENCO a soulevé des préoccupations similaires à celles de Nikki Haley: « Nous sommes intrigués par le fait que le projet de machine à voter, lancé par la CENI, manque de soutien unanime de la classe politique et ne rassure pas la population . Cela augure la contestation des résultats. » Afin de dissiper tous les doutes entourant la « machine à voter », ils ont recommandé que la CENI soumette la « machine à voter » à une certification nationale et internationale.[3]

___________________________

[1] US tells DR Congo to scrap electronic voting, https://citizen.co.za/news/news-africa/1816839/drcongo-politics-vote-un-us-diplomacy/

 

[2] Calendrier électoral : Décision n°065/CENI/BUR/17 du 05 Novembre 2017 portant publication du calendrdier des élections en RDC, http://www.ceni.cd/articles/calendrier-electoral-decision-n065-ceni-bur-17-du-05-novembre-2017-portant-publication-du-calendrdier-des-elections-en-rdc

 

[3] Dans une déclaration, les Evêques s’interrogent : « Pourquoi tant de morts ? », http://www.diacenco.com/dans-une-declaration-les-eveques-sinterrogent-pourquoi-tant-de-morts/

 

Dominique Kitambala Luwi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *